Publié le 7 Septembre 2014

Miellée sur callune

Un été pluvieux et un soleil qui se manifeste en septembre: Voila des conditions favorables pour une belle miellée sur la callune.

Ecouter le vombrissement de mes abeilles dans ces fourrés aux teintes automnales, c'est un des derniers plaisirs de l'année 2014.

Miellée sur callune
Miellée sur callune

Voir les commentaires

Rédigé par Fabien

Publié le 31 Août 2014

Traitement au thymol: Résultats

Deux semaines se sont écoulées depuis le traitement au thymol.

Les températures de cette fin d'août n'ont pas excédées 25°C, avec des matinées à 10°C. Le soleil fut plus que timide.

A l'ouverture des tiroirs je découvre de forts nombreux débris: vieilles cires, propolis, et fort heureusement, des dépouilles de varroas.

Les colonies les plus infestées se sont épouillées d'une centaine d'acariens.

Les essaims de l'année sont très peu atteints. Les ruches ayant essaimé sont moyennement atteinte. Chaque année, cette constation est vérifiée. Elle pourrait même devenir un indicateur de l'âge de la reine :

Peu de varroas = jeune reine

Personnellement, je reste satisfait du protocole que j'utilise, à savoir confectionner soi-même ces bandelettes au thymol. L'efficacité fût cette année encore au rendez-vous.

Coût du traitement par ruche Chez Icko, leThymol se vend 21 € les 500 g, le carton à 0,10 € l'unité, soit moins de 0,75 € par ruche ( hors frais de port )

Des varroas morts sur un carton imbibé de thymol

Des varroas morts sur un carton imbibé de thymol

Voir les commentaires

Publié le 19 Août 2014

Traitement au thymol

La présence de nombreux varroas, constatée sur les tiroirs, m'amène à traiter mes abeilles contre cet acarien.

J'ai pris l'habitude d'effectuer un traitement au thymol, et malgré la fraîcheur annoncée par la météo, je récidive cette année.

Mode d'emploi

1°) Peser dans un pot plastique environ 10 à 15 g de thymol par ruche, selon la taille et le taux d'infestation

2°) Affiner si besoin le thymol en écrasant avec un bâton puis couvrir avec autant de ml d'alcool à 90° ( ou ménager à la rigueur) ; par exemple 100 mL d'alcool pour 100 g de thymol.

3°) Touiller jusqu'à dilution puis placer les cartons dans la solution ( 2 cartons par ruche )

4°) Attendre plusieurs heures que les cartons soient imbibés complètement

5°) Laisser sécher puis introduire 2 cartons par ruche ( sous le couvre-cadre ou sur le tiroir)

6°) Laisser agir deux semaines

Remarques diverses:

Le thymol sent très fort donc n'utiliser que des récipients jetables. Manipuler à l'extérieur!

Le traitement est efficace par températures chaudes. On peut faire plusieurs traitements par ruche.

Traitement au thymol
Traitement au thymol

Voir les commentaires

Publié le 14 Août 2014

Un seau plein de miel d'opercules
Un seau plein de miel d'opercules

La récolte achevée, il nous reste un seau plein d'opercules. A la pesée, c'est 17 kg de bon miel à valoriser.

On peut le redonner aux abeilles avec les hausses à lécher. On peut également en tirer une bonne cinquantaine de bouteilles d'hydromel.

Comment faire ?

Le protocole suivant convient pour remplir une dame Jeanne de 20 L

Matériel: densimètre, pHmètre, acide tartrique, levure à vin bioferm doux ou équivalent, sels nourriciers, Bonbonne Dame jeanne avec bouchon percé et barboteur

0°) Hydrater votre levure à vin en suivant le mode d'emploi ( le plus souvent on dilue le sachet dans 10 fois son volume d'eau à 30°C )

1°) Dans un grand récipient à usage alimentaire ( comme un seau à miel), introduire environ 7 à 8 kg d'opercules ( peser avec un pèse-personnes)

2°) Couvrir avec 6 L d'eau tiède à environ 40°C maximum ( attention à ne pas faire fondre la cire ) et touiller pendant quelques minutes jusqu'à ce que le liquide soit homogène.

3°) Filtrer plusieurs fois avec la passoire à miel. Si vous êtes patient, ajouter un torchon au fond de la passoire pour un meilleur résultat

4°) Vous venez d'obtenir une liqueur de miel. Ajouter environ 8 L d'eau froide puis, la quantité d'eau qui donnera une densité de 1100 à 1110 g/L mesurée avec le densimètre.

Cette quantité de miel permettra d'obtenir 13 à 14% d'alcool. Le breuvage sera asséché en fin de fermentation. Vous devrez ajouter 1 à 2 kg de bon miel pour adoucir l'hydromel

5°) Diluer 2 cuillères à soupe d'acide tartrique dans un grand verre d'eau chaude, puis ajouter dans le seau, petit à petit, le volume de solution acide qui donnera un pH voisin de 3,5 . Si vous n'avez pas de pHmètre compter environ 15 g d'acide pour 20 L

6°) Ajouter la levure hydratée dans le seau

7°) Ajouter environ 7 g de sels nourriciers

8°) Mettre le tout dans la bonbonne Dame jeanne et ajuster le niveau sous le goulot en ajoutant de l'eau. Boucher avec un tissu propre. Au début l'oxygène doit pouvoir entrer.

C'est parti pour la fermentation. Le troisième jour, mettre un bouchon avec barboteur.

Une clarification à la bentonite et quelques mois de vieilllisement et vous pourrez mettre en bouteilles

Réaliser son hydromel à partir de miel d'opercules
Réaliser son hydromel à partir de miel d'opercules
Réaliser son hydromel à partir de miel d'opercules

Voir les commentaires

Publié le 10 Août 2014

L'heure de la récolte

L'été a été propice à une miellée, essentiellement du tournesol et du châtaignier.

Voir ce filet d'or couler du seau vers le pot fait oublier bien de la peine et des déceptions.

Alors il ne reste pus qu'à trouver un endroit pour stocker tous ces pots, à l'abri de l'humidité et de la chaleur.. Les dessus d'armoire vont encore être sollicités...

L'heure de la récolte

Voir les commentaires

Rédigé par Fabien

Publié dans #miel

Publié le 6 Juillet 2014

Essaim de juillet

"Essaim de mai vaut vache à lait

Essaim de juin vaut charette de foin

Essaim de juillet vaut giboulée"

Mes abeilles, que je délaisse pour cause de rénovation de maison, m'ont fait aujourd'hui dimanche un caprice de petite fille ...

Ceci dit, elles ont pris une bonne douche...

Quant aux chataigniers, cette averse finira de les délaver.

Peu ou pas de miel cette année...

Vive la confiture !

Essaim de juillet
Essaim de juillet

Voir les commentaires

Publié le 18 Mai 2014

Nucléi de fécondation

Sur le chemin du rucher, j'ai croisé une drôle de pierre. J'aurais pu lui marcher dessus tant son mimétisme était réussi.

On peut le dire, la bête est laide.

Rien à voir avec la grâce de nos chères avettes.

J'ai réalisé mes nucléi de fécondation le 9 avril.

Ma technique est plus que simple:

1°) Partitionner un élément warré en deux : D'un côté trois cadres, de l'autre, quatre cadres. Préparer un plancher à deux entrées, et deux couvres-cadres.

2°) J'ai trouvé le 9 avril dernier une de mes bonnes ruches remplies de cellules royales. J'ai donc distribué ses cadres, couverts d'abeilles, en divers nucléis. Bien sûr, chaque nucléi contiendra du miel, du pollen, une cellule royale.

3°) J'ai ouvert le 12 mai pour vérifier la ponte: Attendre un mois au moins est impératif.

Cette année le taux de réussite avoisine 80%

A mon avis, moins on touche aux abeilles, meilleur sera le résultat.

Nucléi de fécondation
Nucléi de fécondation
Nucléi de fécondation
Nucléi de fécondation
Nucléi de fécondation

Voir les commentaires

Publié le 13 Avril 2014

La saison d'essaimage commence pour moi sur les chapeaux de roue, un 11 avril.

Rien d'étonnant à cela: pas d'hiver, et un beau printemps. Plusieurs ruches sont pleines de cellules royales.

Cette année, la série commence par un essaim venu se nicher sous une ruche. Est-ce la souche ?? Comment savoir?

J'ai d'abord essayé de poser une bâche blanche pour les guider vers une ruche vide.

Peine perdue. Elles ne sont pas rentrées.

J'ai fini, le lendemain, par délacer les éléments, pour pouvoir secouer le plancher dans la boîte à essaims. La boîte a finalement été vidée dans la nouvelle ruche.

Essaimage: C'est parti
Essaimage: C'est parti
Essaimage: C'est parti
Essaimage: C'est parti

Voir les commentaires

Publié le 6 Avril 2014

Agrandir la warré: sens dessus-dessous

La ruche Warré, que ses détracteurs jugent trop petite, est en fait un habitacle extensible, qui se doit de toujours coller au volume de la grappe.

Alors bien sûr, quand Avril déferle dans ses volutes de pétales, on doit agrandir...

Par dessus? par dessous? Telle est la question...

1°) La famille des orthodoxes, inspirée des écrits de l'Abbé et de quelques disciples, préconise un agrandissement par le bas, systématiquement. La grappe ne sera ainsi jamais refroidie, et les cires sont automatiquement renouvelées, ce qui est un avantage fort appréciable. Cette pratique, louable, suppose de posséder un élévateur ou une bonne colonne vertébrale. De plus, elle ne permettra pas la récolte de miellées brêves et intenses ( le haut des ruches sera plein de couvain ou de miel ), mais une récolte durant l'été d'un miel patiemment amassé en repoussant la ponte vers le bas.

2°) Une deuxième manière, inspirée de la conduite en Dadant, fera l'inverse: toujours agrandir par le dessus: C'est plus facile pour l'apiculteur, et celà permet aux abeilles de stocker les miellées par le haut. On placera par l'occasion une grille à reine pour éviter de retrouver du couvain dans les hausses.

Par cette pratique, cependant, on a perdu le renouvellement spontané des cires.

3°) Enfin, des apiculteurs jugent opportun d'emprunter à ces deux courants, en agrandissant fin mars par en dessous, puis en ajoutant une hausse sur grille à reine lorsque les colzas fleurissent.

Une variante que je développe cette année consiste, sur une belle colonie hivernée sur trois éléments, à agrandir par dessous fin mars, laisser la ponte gagner le haut ( j'élimine ainsi le vieux miel et facilite l'élevage), puis à placer une grille à reine entre le 3eme et le 4eme début avril, aprés avoir bien sûr chassé la reine. Le haut va permettre l'élevage en avril, puis sera libre pour du miel plus tard.

Passées ces considérations générales, le choix de la conduite idoine dépendra de la force de la colonie, du nombre d'éléments sur lesquels elle se trouve en sortant de l'hiver, des miellées possibles ou souhaitables durant la saison apicole, et de la part que l'on consacrera à l'élevage durant la saison apicole.

Les choix seront multiples, arbitrés toujours à l'aune de quelques principes intangibles en apiculture:

1°) Les reines en avril cherchent toujours à pondre en haut des ruches où il fait meilleur

2°) Les abeilles cherchent à rentrer le miel sur le haut des ruches, puis sur les côtés.

Miel contre couvain. Voilà les deux antagonismes qui s'affrontent en avril, au gré de la saison, de la richesse nectarifère, et du caractère pondeuse de la reine.

Agrandissement par en dessous, et pose d'une grille à reine

Agrandissement par en dessous, et pose d'une grille à reine

Voir les commentaires

Publié le 1 Avril 2014

Piège à frelons asiatiques

Le printemps revient, et avec lui, une grande envie de ménage... Je l'ai satisfaite en posant mes pièges à frelons ( asiatiques)...

L'année dernière j'avais attrapé plusieurs centaines d'une variété de mouche surabondante, quelques guêpes et abeilles, deux papillons, cinq frelons européens ( sûrement des reines) et trois frelons asiatiques.

Durant l'été, je n'ai vu que des frelons européens ! A me demander si l'asiatique n'était pas retourné dans ses poteries.

Alors est-ce dû au piégeage? Ou est-ce lié à ce printemps 2013 qui fût une catastrophe ??

Toujours est-il que j'accomplis chaque printemps mon devoir de citoyen : piéger le frelon asiatique. Un petit mélange classique, vin blanc + cassis+ eau miellée

Pendant que je prépare le blankass, mes avettes profitent du soleil et des fleurs de printemps, convertissent dans le haut de mes ruches, leurs belles réserves de miel en un nouveau couvain qui déjà promet une bonne année...

Pourvu que ça dure.

Il y a dix jours c'était plein de miel. Il a été grignoté et remplacé par la relève 2014.

Il y a dix jours c'était plein de miel. Il a été grignoté et remplacé par la relève 2014.

Voir les commentaires