Publié le 6 Juillet 2014

Essaim de juillet

"Essaim de mai vaut vache à lait

Essaim de juin vaut charette de foin

Essaim de juillet vaut giboulée"

Mes abeilles, que je délaisse pour cause de rénovation de maison, m'ont fait aujourd'hui dimanche un caprice de petite fille ...

Ceci dit, elles ont pris une bonne douche...

Quant aux chataigniers, cette averse finira de les délaver.

Peu ou pas de miel cette année...

Vive la confiture !

Essaim de juillet
Essaim de juillet

Voir les commentaires

Publié le 18 Mai 2014

Nucléi de fécondation

Sur le chemin du rucher, j'ai croisé une drôle de pierre. J'aurais pu lui marcher dessus tant son mimétisme était réussi.

On peut le dire, la bête est laide.

Rien à voir avec la grâce de nos chères avettes.

J'ai réalisé mes nucléi de fécondation le 9 avril.

Ma technique est plus que simple:

1°) Partitionner un élément warré en deux : D'un côté trois cadres, de l'autre, quatre cadres. Préparer un plancher à deux entrées, et deux couvres-cadres.

2°) J'ai trouvé le 9 avril dernier une de mes bonnes ruches remplies de cellules royales. J'ai donc distribué ses cadres, couverts d'abeilles, en divers nucléis. Bien sûr, chaque nucléi contiendra du miel, du pollen, une cellule royale.

3°) J'ai ouvert le 12 mai pour vérifier la ponte: Attendre un mois au moins est impératif.

Cette année le taux de réussite avoisine 80%

A mon avis, moins on touche aux abeilles, meilleur sera le résultat.

Nucléi de fécondation
Nucléi de fécondation
Nucléi de fécondation
Nucléi de fécondation
Nucléi de fécondation

Voir les commentaires

Publié le 13 Avril 2014

La saison d'essaimage commence pour moi sur les chapeaux de roue, un 11 avril.

Rien d'étonnant à cela: pas d'hiver, et un beau printemps. Plusieurs ruches sont pleines de cellules royales.

Cette année, la série commence par un essaim venu se nicher sous une ruche. Est-ce la souche ?? Comment savoir?

J'ai d'abord essayé de poser une bâche blanche pour les guider vers une ruche vide.

Peine perdue. Elles ne sont pas rentrées.

J'ai fini, le lendemain, par délacer les éléments, pour pouvoir secouer le plancher dans la boîte à essaims. La boîte a finalement été vidée dans la nouvelle ruche.

Essaimage: C'est parti
Essaimage: C'est parti
Essaimage: C'est parti
Essaimage: C'est parti

Voir les commentaires

Publié le 6 Avril 2014

Agrandir la warré: sens dessus-dessous

La ruche Warré, que ses détracteurs jugent trop petite, est en fait un habitacle extensible, qui se doit de toujours coller au volume de la grappe.

Alors bien sûr, quand Avril déferle dans ses volutes de pétales, on doit agrandir...

Par dessus? par dessous? Telle est la question...

1°) La famille des orthodoxes, inspirée des écrits de l'Abbé et de quelques disciples, préconise un agrandissement par le bas, systématiquement. La grappe ne sera ainsi jamais refroidie, et les cires sont automatiquement renouvelées, ce qui est un avantage fort appréciable. Cette pratique, louable, suppose de posséder un élévateur ou une bonne colonne vertébrale. De plus, elle ne permettra pas la récolte de miellées brêves et intenses ( le haut des ruches sera plein de couvain ou de miel ), mais une récolte durant l'été d'un miel patiemment amassé en repoussant la ponte vers le bas.

2°) Une deuxième manière, inspirée de la conduite en Dadant, fera l'inverse: toujours agrandir par le dessus: C'est plus facile pour l'apiculteur, et celà permet aux abeilles de stocker les miellées par le haut. On placera par l'occasion une grille à reine pour éviter de retrouver du couvain dans les hausses.

Par cette pratique, cependant, on a perdu le renouvellement spontané des cires.

3°) Enfin, des apiculteurs jugent opportun d'emprunter à ces deux courants, en agrandissant fin mars par en dessous, puis en ajoutant une hausse sur grille à reine lorsque les colzas fleurissent.

Une variante que je développe cette année consiste, sur une belle colonie hivernée sur trois éléments, à agrandir par dessous fin mars, laisser la ponte gagner le haut ( j'élimine ainsi le vieux miel et facilite l'élevage), puis à placer une grille à reine entre le 3eme et le 4eme début avril, aprés avoir bien sûr chassé la reine. Le haut va permettre l'élevage en avril, puis sera libre pour du miel plus tard.

Passées ces considérations générales, le choix de la conduite idoine dépendra de la force de la colonie, du nombre d'éléments sur lesquels elle se trouve en sortant de l'hiver, des miellées possibles ou souhaitables durant la saison apicole, et de la part que l'on consacrera à l'élevage durant la saison apicole.

Les choix seront multiples, arbitrés toujours à l'aune de quelques principes intangibles en apiculture:

1°) Les reines en avril cherchent toujours à pondre en haut des ruches où il fait meilleur

2°) Les abeilles cherchent à rentrer le miel sur le haut des ruches, puis sur les côtés.

Miel contre couvain. Voilà les deux antagonismes qui s'affrontent en avril, au gré de la saison, de la richesse nectarifère, et du caractère pondeuse de la reine.

Agrandissement par en dessous, et pose d'une grille à reine

Agrandissement par en dessous, et pose d'une grille à reine

Voir les commentaires

Publié le 1 Avril 2014

Piège à frelons asiatiques

Le printemps revient, et avec lui, une grande envie de ménage... Je l'ai satisfaite en posant mes pièges à frelons ( asiatiques)...

L'année dernière j'avais attrapé plusieurs centaines d'une variété de mouche surabondante, quelques guêpes et abeilles, deux papillons, cinq frelons européens ( sûrement des reines) et trois frelons asiatiques.

Durant l'été, je n'ai vu que des frelons européens ! A me demander si l'asiatique n'était pas retourné dans ses poteries.

Alors est-ce dû au piégeage? Ou est-ce lié à ce printemps 2013 qui fût une catastrophe ??

Toujours est-il que j'accomplis chaque printemps mon devoir de citoyen : piéger le frelon asiatique. Un petit mélange classique, vin blanc + cassis+ eau miellée

Pendant que je prépare le blankass, mes avettes profitent du soleil et des fleurs de printemps, convertissent dans le haut de mes ruches, leurs belles réserves de miel en un nouveau couvain qui déjà promet une bonne année...

Pourvu que ça dure.

Il y a dix jours c'était plein de miel. Il a été grignoté et remplacé par la relève 2014.

Il y a dix jours c'était plein de miel. Il a été grignoté et remplacé par la relève 2014.

Voir les commentaires

Publié le 14 Mars 2014

Visite de printemps

En cette année 2014, j'aurais effectué ma visite de printemps le 11 mars. L'an dernier, j'avais attendu le jour des Rameaux. On démarre sur les chapeaux de roue...

Ce que j'ai fait:

Presque rien. Mes fonds sont grillagés donc inutile de les nettoyer. La plupart de mes ruches ont hiverné sur trois éléments, le troisième avait été laissé en miel durant l'été. Je vérifie donc que les réserves sont encore suffisantes, et je désopercule un cadre de miel. Les abeilles vont ainsi consommer et la colonie se trouve stimulée.

Je ne vérifie la ponte que si le débit d'abeilles à la planche est faible.

J'enlève les réducteurs d'entrée, et je supprime tous les blocs de candi. Enfin je nettoie le tiroir afin de mieux suivre les chutes de varroa.

Bilan

Sur treize ruches mise à hiverner, j'ai le plaisir de retrouver mon effectif complet. Les abeilles ont peu consommé en cet hiver plutôt doux. Les colonies qui étaient fortes en septembre repartent avec le même aplomb.

C'est donc un excellent hivernage, puisque 0% de mortalité, des réserves encore importantes, des peuples d'abeilles motivés pour une nouvelle saison .

L'année se présente sous les meilleurs auspices.

Je vous souhaite la même chose.

Voir les commentaires

Publié le 1 Mars 2014

Mars arrive ...

On veut y croire. L'hiver est en train de passer, du moins l'ombre de froideur qu'il n'aura pu qu'être en cette année se disperse dans les tiédeurs de fin février. Et bientôt le soleil de Mars l'emportera et la saison apicole reprendra. Pour de bon.

En attendant, je suis prêt. Mes constructions sont terminées; du moins reste-t-il, cerise sur le gâteau, quelques bouchons rouges à ajouter aux entrées auxiliaires.

Cette année je n'ai pas pu trouver de plaques offset de récupération pour faire mes toits. Les imprimeurs sont passés au numérique, ou alors ils ont signé un contrat de recyclage.

Le prix de la tôle fine étant plus que rebutant, j'ai donc utilisé de la bâche plastique.

Sur le plan esthétique je n'ai pas perdu au change. Quant à la longévité, évidemment, je ne m'attends pas à des miracles ...

Quant à Dame Nature, étrangère à mes soucis ménagers, elle affiche déjà que l'année sera précoce, et libère avec largesse ses trésors de pollen: noisetier et saule marsault.

Les châtons du saule marsault, si ils sont jaunes, sont portés par des pieds mâles. Ils sont préférés par les abeilles. les chatons femelles eux sont verts
Les châtons du saule marsault, si ils sont jaunes, sont portés par des pieds mâles. Ils sont préférés par les abeilles. les chatons femelles eux sont verts
Les châtons du saule marsault, si ils sont jaunes, sont portés par des pieds mâles. Ils sont préférés par les abeilles. les chatons femelles eux sont verts
Les châtons du saule marsault, si ils sont jaunes, sont portés par des pieds mâles. Ils sont préférés par les abeilles. les chatons femelles eux sont verts
Les châtons du saule marsault, si ils sont jaunes, sont portés par des pieds mâles. Ils sont préférés par les abeilles. les chatons femelles eux sont verts

Les châtons du saule marsault, si ils sont jaunes, sont portés par des pieds mâles. Ils sont préférés par les abeilles. les chatons femelles eux sont verts

Voir les commentaires

Publié le 23 Février 2014

Des ruches dans le salon

Je me suis fixé comme objectif d'augmenter en 2014 mon troupeau d'abeilles. Une dizaine de ruches supplémentaires me suffiront.

Le bois, du Douglas, est acheté en scierie. Il n'est bien sur pas sec, et je ne peux attendre un an ...

Alors j'ai commandé en 22 cm de large ( au lieu de 21 cm). Les planches ont été poncées une première fois, les éléments ont été assemblés ( en 22 cm) puis stockés dans le salon.

Dans une pièce chauffée, un mois est suffisant pour que le bois ait effectué son retrait ( 5 à 6 mm )

Passé ce délais, les éléments sont reponcés, et délignés à 21 cm.

( L'élément entier est passé sur la scie circulaire, ça fonctionne très bien )

Côté cadres, ce n'est pas moins de deux cents qu'il m'a fallu fabriquer. Une moitié porteront une feuille de cire gaufrée, l'autre un simple filet de cire tiré sur l'intérieur des montants. Les éléments seront remplis d'un panaché de ces deux types de cadres, en fonction de la force des colonies.

Une scie sur table s'est finalement avéré être un investissement profitable.
Une scie sur table s'est finalement avéré être un investissement profitable.
Une scie sur table s'est finalement avéré être un investissement profitable.

Une scie sur table s'est finalement avéré être un investissement profitable.

Voir les commentaires

Publié le 9 Février 2014

Hydromel à la cerise

J'ai testé pour vous, en juin 2013, au temps des cerises, le mariage d'un hydromel et d'un panier de guignes.

Plus de 6 mois se sont écoulés. Les jeunes mariés ont largement consommé leur union, et dans le nid douillet d'une dame Jeanne, ils ont pris le temps de mieux se connaître, de donner un peu plus de rondeur à leur tempérament.

Aujourd'hui je déguste.

Une très belle robe couleur cerise, un goût de noyau qui évoque un Kirsch.

Recette:

  1. Faites 20 L d'hydromel en partant d'un miel blanc ( printemps, tournesol ... )
  2. En fin de fermentation, verser dans la bonbonne le contenu d'un panier de guignes que vous aurez écrasées. on y retrouvera les queues, les noyaux, la drupe.
  3. Laissez macérer et mélanger de temps en temps...
  4. Au bout d'un mois, filtrer, récupérer l'hydromel, édulcorer en rajoutant un peu de miel si besoin, laissez décanter 6 mois en bonbonne.
  5. Dégustez avec parcimonie, et gourmandise...

Voir les commentaires

Publié le 30 Janvier 2014

L'hiver 2013, aux abonnés absent, a laissé de nombreuses plages de douceur propices à de régulières sorties. Les abeilles s'agitent et consomment. La reprise de ponte constatée début janvier rajoutent des bouches à nourrir...

Comment savoir si nos abeilles ont encore à manger ?

Soupeser sa ruche pour en estimer le contenu est une méthode possible.

Certains se contentent de décoller l'arrière de quelques cm, d'autres utilisent un pèse-personne.

Personnellement, je préfère, prudence est mère de sagesse, donner du candi à tout le monde. Ce ne sera pas perdu.

A cette époque de l'année, j'incorpore des protéines ( levure de bière moulue, farine de soja), du miel ( 2 kg) , du sucre ( 12 kg ) et de l'eau ( 3 kg ).

Chauffé à 118°C, le mélange est refroidie puis versé dans des barquettes d'aluminium de 0,5 L.

L'opercule en carton de la barquette est découpé d'une lucarne, fermée par du ruban adhésif large.

Ainsi je pourrais voir si les abeilles ont entamé le candi.

http://apiruche.over-blog.com/article-candi-au-miel-112341170.html

Posé sur le couvre-cadres, le candi rassure l'apiculteur qui voit ainsi son cheptel assuré de ne pas mourir de famine.
Posé sur le couvre-cadres, le candi rassure l'apiculteur qui voit ainsi son cheptel assuré de ne pas mourir de famine.

Posé sur le couvre-cadres, le candi rassure l'apiculteur qui voit ainsi son cheptel assuré de ne pas mourir de famine.

Voir les commentaires