Publié le 7 Février 2015

Surveillez les réserves

La Chandeleur, fêtée cette semaine, a célébré les crêpes mais aussi les jours qui rallongent.

Nos abeilles, quoique tenues en leur ruche par un Février hivernal, ont repris leur activité. En témoignent les nombreux débris trouvés sur le tiroir: quelques écailles de cire fraîches, mais surtout ces miettes, brunes ou jaunes paille, que les abeilles font tomber en désoperculant les réserves de miel.

On obtient ainsi un indice sur l'état de la grappe, et sur les réserves de miel.

Personnellement, lorsque les débris sont abondants et recouvrent toute la surface du tiroir, je soupèse la ruche, en la soulevant par l'arrière.

Si je la trouve trop légère, je lui donne un pain de candi.

Surveillez les réserves

Voir les commentaires

Rédigé par Fabien

Publié dans #vie au rucher

Publié le 2 Janvier 2015

Bonne année 2015

Janvier est le mois des voeux.

Alors Bonne Année 2015 à tous

Au moyen âge, on se serait embrassé sous une boule de gui en se souhaitant " Au gui l'an neuf !"

Belle attitude d'évoquer une plante, ô combien magique, pour accompagner nos voeux de bonheur.

L'expression " Au gui l'an neuf" semble issue de "0 Ghel an Heu" , de langue Celtique, traduit par " Que le blé lève". Cette phrase aurait appartenu à la lithurgie Druidique, lors des cérémonies du solstice d'hiver.

Il est touchant de réaliser à quel point, à une époque qui ignorait l'abondance alimentaire, le bonheur était à ce point lié aux largesses de la nature: " Que le blé germe..."

Il est également vrai que le gui toujours vert est matûre à une époque de frimas et de dormance, et que finalement, démarrer un nouveau cycle de vie sous son égide nous lie à sa vivacité, sa pérennité, nous laisse adorateur de ses drupes incomestibles et toxiques, mais qui ressemblent tellement à une lune...

Bonne année 2015

Voir les commentaires

Rédigé par Fabien

Publié le 21 Décembre 2014

Candi enrichi en miel

Alors que j'entends que ça discute foie gras et huîtres dans les popottes, il me vient la réflexion que mes avettes ont droit à un réveillon... parce qu'elles le valent bien.

Ma nouvelle recette de candi a intégré quelques lectures qui me semblent sensées.

Les principes de ma recette sont les suivants:

1°) Compter 1/3 L d'eau par kg de sucre. Trop peu d'eau donne des candis à gros grains que les abeilles rejettent sur le fond de le ruche.

2°) Compter une cuillère à soupe de vinaigre par kg de sucre permet l'inversion du sucre, une meilleure digestibilité, une meilleure conservation.

3°) Le fameux stade demi-boulet à atteindre lors de la cuisson, vendu à 118°C par les manuels, peut être renégocié sur des valeurs moindres parce que d'une part, le thermomètre peut être imprécis, d'autre parts, la pression atmosphérique joue un rôle qui impose une certaine souplesse. je vais donc ajouter 18°C à la température d'ébullition de l'eau qui n'est pas toujours 100°C pour mon thermomètre à sucre.

4°) Je veux rajouter toujours plus de miel, de mes ruches, car c'est indubitablement ce qu'il y de mieux pour leur santé. Ici 4 kg de miel pour 10 kg de sucre.

Ce qui donne:

Ingrédients: 10 kg de sucre + 3,3 L d'eau + 4 kg de miel + 10 cuillères à soupe de vinaigre

Mode opératoire:

  • Dans une lessiveuse de nos grand-mères chauffée sous un gros feu ( genre trépied à gaz ) mettre 3,3 L d'eau et porter à ébullition. Mesurer la température : ici 98°C
  • Ajouter le vinaigre puis 10 kg de sucre. On touille régulièrement. Vers 110°C on constate une forte mousse qui semble vouloir faire comme l'Etna mais heureusement le chaudron est haut.
  • Chauffer et touiller jusqu'à 116°C. Couper le gaz
  • Incorporer 4 kg de miel et touiller
  • Laisser refroidir en touillant toutes les cinq minutes. Eviter que le mélange cristallise par le fond.
  • lorsque l'on obtient un mélange qui a l'aspect d'un potage généreux en légumes, couler dans des barquettes d'aluminium.

J'ai pu remplir 15 barquettes de 1 L

Servir au réveillon accompagné d'un hydromel.

Résultat satisfaisant: bonne consistance car graissé par plus de miel
Résultat satisfaisant: bonne consistance car graissé par plus de miel

Résultat satisfaisant: bonne consistance car graissé par plus de miel

Voir les commentaires

Publié le 6 Décembre 2014

Cette année apicole 2014, démarrée tôt par un printemps radieux, prolongée par un automne estival, a hélas entretenu une forte pression de varroas.

Il était temps d'intervenir.

J'ai profité d'un bel aprés-midi de décembre pour administrer un traitement à l'acide oxalique.

La posologie que j'ai adoptée est :

Pour 20 ruches, compter 700g de sucre + 700 mL d'eau, en faire un sirop à chaud.

Rajouter 70 g d'acide oxalique, touiller puis mettre en bouteilles.

Pour l'apiculteur du dimanche, et du samedi parfois, que je suis, l'utilisation d'un bécher gradué est suffisante pour la mesure des 50 mL

Comment s'y prendre:

Enfumer à l'entrée, ouvrir par le haut, puis déverser les 50 mL dans les ruelles. On essaiera de viser pour que l'acide oxalique descende le plus loin.

Pour en savoir plus, d'autres articles sur ce blog:

http://apiruche.over-blog.com/article-traitement-a-l-acide-oxalique-61377045.html

Traitement à l'acide oxalique contre les varroas
Traitement à l'acide oxalique contre les varroas
Traitement à l'acide oxalique contre les varroas

Voir les commentaires

Publié le 26 Octobre 2014

Poser les réducteurs d'entrée

Ce dimanche matin, froideur et brouillard ont cloué les abeilles dans leur refuge.

J'ai pris,comme beaucoup d'autres, l'habitude de considérer la période de la Toussaint comme la fin de la saison apicole. L'hivernage commence pour de bon, et les premières gelées ne manqueront de laisser nos avettes frissonnantes, au sein de leur ruche.

Alors dernier acte de la saison 2014, j'ai posé les réducteurs d'entrée.

Certaines colonies ont eu une réaction vive. Elles sont immédiatement sorties reconnaître cet intrus au redent galvanisé qui leur barre l'horizon.

D'autres, restées indifférentes, n'ont pas sourcillé.

A noter cette ruche qui évacue ses larves, signe que la période de restriction alimentaire a commencé.

La pose des réducteurs à l'entrée des ruches rassure essentiellement l'apiculteur. Elle prévient également de l'intrusion de petits animaux dans la ruche, tels que lézards et souris.

Bon hivernage à tous !

Poser les réducteurs d'entrée
Poser les réducteurs d'entrée
Poser les réducteurs d'entrée

Voir les commentaires

Publié le 19 Octobre 2014

Vous l'aurez remarqué...

Des encarts publicitaires ont envahi les pages de " Histoires d'abeilles"

Sachez que je n'y suis pour rien, et que je ne touche pas le moindre sous de cette affichage intempestif. La société overblog, qui redouble de bonnes idées pour décevoir ses abonnés, a imposé à tous les blogs, quelque soit leur activité, cette pollution visuelle.

Alors faites comme moi. Ignorez superbement toutes ces vignettes insipides.

Notre cerveau est tout à fait capable de les détecter, de les effacer, presque inconsciemment, et d'aller à l'objet premier de sa lecture.

Ou mieux...

Entraînez votre cerveau à détester les marques vantées par la réclame, et refusez-vous le droit de les clicker.

Car en effet, c'est le fait de clicker sur une pub qui fait gagner quelqu'argent à l'annonceur.

Overblog impose sa pub

Voir les commentaires

Rédigé par Fabien

Publié le 18 Octobre 2014

Plantez des asters

Avec ces journées d'automne qui se prennent pour un mois d'août, nos abeilles ne trouvent pas la paix qu'octobre aurait du apporter.

Alors tirées de leur ruche par le bleu du ciel, on les voit partir à la quête d'une hypothétique provende.

Quels nectars peuvent-elles trouver en cette mi-octobre ?

J'ai dans le fond de mon jardin, sur une terre qui peinent à faire verdir un simple gazon, un carré d'aster aux milles fleurs blanches ( aster datschii).

Ne craignant ni la caillasse ni la cagna, il s'épanouit peu à peu, et sait régaler chaque jour d'octobre, les abeilles et autres diptères suceurs de nectars qui y ont trouvé pitance.

Alors si vous cherchez une increvable qui aide les insectes pollinisateurs en fin de saison, pensez à cet aster.

Plantez des asters
Plantez des asters
Plantez des asters
Plantez des asters
Plantez des asters

Voir les commentaires

Publié le 28 Septembre 2014

Usée par le travail

En cette fin de saison qui aligne des températures estivales, un hommage à ces butineuses, usées par le travail: on les reconnaîtra aux ailes usées, un poil absent, et bien sûr, une allure de centenaire...

Elles auront, comme toutes les abeilles de la belle saison, vécu six semaines, une moitié passée à l'intérieur de la ruche, l'autre aux champs.

Dés lors, les abeilles qui naissent passeront l'hiver au chaud, à escorter leur reine. Elles s'éteindront fin février et permettront un nouveau départ pour la saison 2015.

Voir les commentaires

Publié le 7 Septembre 2014

Miellée sur callune

Un été pluvieux et un soleil qui se manifeste en septembre: Voila des conditions favorables pour une belle miellée sur la callune.

Ecouter le vombrissement de mes abeilles dans ces fourrés aux teintes automnales, c'est un des derniers plaisirs de l'année 2014.

Miellée sur callune
Miellée sur callune

Voir les commentaires

Rédigé par Fabien

Publié le 31 Août 2014

Traitement au thymol: Résultats

Deux semaines se sont écoulées depuis le traitement au thymol.

Les températures de cette fin d'août n'ont pas excédées 25°C, avec des matinées à 10°C. Le soleil fut plus que timide.

A l'ouverture des tiroirs je découvre de forts nombreux débris: vieilles cires, propolis, et fort heureusement, des dépouilles de varroas.

Les colonies les plus infestées se sont épouillées d'une centaine d'acariens.

Les essaims de l'année sont très peu atteints. Les ruches ayant essaimé sont moyennement atteinte. Chaque année, cette constation est vérifiée. Elle pourrait même devenir un indicateur de l'âge de la reine :

Peu de varroas = jeune reine

Personnellement, je reste satisfait du protocole que j'utilise, à savoir confectionner soi-même ces bandelettes au thymol. L'efficacité fût cette année encore au rendez-vous.

Coût du traitement par ruche Chez Icko, leThymol se vend 21 € les 500 g, le carton à 0,10 € l'unité, soit moins de 0,75 € par ruche ( hors frais de port )

Des varroas morts sur un carton imbibé de thymol

Des varroas morts sur un carton imbibé de thymol

Voir les commentaires